CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Pays de tradition agricole, le Mali s’est toujours illustré comme le « Grenier de l’Afrique Occidentale », avec ses productions abondantes et variées : le mil, le riz, le sorgho, le maïs, le fonio, l’arachide ; les produits de maraichage et de cueillette, les herbes… etc., constituent une alimentation de base très riche en élément nutritionnel pour l’équilibre humain.

Les produits alimentaires traditionnels, relégués à tort au rang de “sous-produits ”, nos épices et herbes, jouent un rôle essentiel sur la santé et le bien-être des populations. Le régime alimentaire actuel des populations est composé en majorité de produits importés: le riz, les pâtes alimentaires, les conserves, le couscous, le lait, les boissons, le thé etc. Cette situation prévaut à travers tout le continent.
Le National Académie Press a révélé la formidable biodiversité de l’Afrique en identifiant près de 2000 céréales, légumes ou fruits, issus de son sol. Le Mali en est une des références de cette biodiversité.

Malheureusement, ces produits nutritifs qui jouent un rôle important sur la santé des muscles, du cerveau et celle de la peau sont pour la plupart sous-exploités. Leurs promotions et exploitations élargiront et sécuriseront demain l’approvisionnement alimentaire en Afrique.

La réappropriation des valeurs liées au patrimoine culturel africain passe par la promotion et valorisation de nos richesses intérieures, par la transmission des savoir-faire locaux et traditionnels, par la sensibilisation du monde aux qualités gustatives et nourricières des produits agroalimentaires africains, dans le contexte de la décentralisation.

L’art et le tourisme culinaires font aujourd’hui recette dans le monde entier et donnent la mesure de l’intérêt croissant des consommateurs en quête de nouvelles expériences et saveurs. La démultiplication des festivals de cuisine dans le monde en est la preuve.

La création d’une telle manifestation culinaire d’envergure internationale au Mali, permettra d’exposer la transversalité et la diversité de la cuisine africaine et particulièrement malienne. Elle contribuera à l’amélioration des habitudes alimentaires et à la qualité de vie des familles pour un développement social. Aussi, permettra-t-elle de stimuler le bon apprentissage, l’inventivité des producteurs locaux et des créateurs dans les métiers de la cuisine africaine.

C’est dans ce cadre que le projet FICAB (Festival International du Cuisine Africaine de Bamako) est initié. Il sera une vitrine du développement transversal à travers la promotion et valorisation de la chaîne de valeur de la transformation agroalimentaire. Il sera également synonyme d’ouverture, de paix, de tolérance, de sécurité et de stabilité.
Le FICAB a pour ambition de relancer l’économie du Mali à travers la création de richesse et d’emploi de par la transversalité de l’Art Culinaire.
Cette première édition est placée dans le cadre de la journée internationale de femme car, la femme étant la première responsable de la gastronomie africaine.